Worms DE


Sortie du bois à Nohen, en surplomb, je le vois: l’immense massif repris sur ma carte, celui que je vais aller croquer, 12km de sentier de Reichenbach à Sien, d’O en E. D’après ma carte, multitude de sentiers. OT pour + d’info’s fermé le dim., je m’enfonce en forêt par petite route asphaltée. Bizarre, aucune balise de sentiers, si fréquentes en DE. La réponse un peu + loin: grande barrière levée, guérite vide et un panneau en DE & UK: un camp militaire (encore!) immense, 690ha entrecoupés par dizaines de larges chemins menant aux parcelles d’exercices. Dans 3 langues, dont FR: entrée strictement interdite, mais tout est ouvert, silence total, rien qui bouge, et qu’est-ce que je risque, sinon c’est 10km de détour par N ou S par route asphaltée. Forêts et vallons herbeux forment cette immense enceinte Mil dont la crête, au centre du camp, est à alt 608m selon ma carte. Arrivé à ce mamelon déboisé, une vue à 360* à couper le souffle sur tout le camp à 6 ou 7 km de rayon! C’est bluffant. Cela ressemble à un immense terrain de golf, tant le camp est bien dessiné dans cet environnement naturel, dont le pic est rehaussé d’une haute tour d’une 10aine de m d’où le Herr Generâââl, tel Bonaparte, peut surveiller ses mouvements de troupes à tous horizons. Mes copains de régiment qui me lisent (Eric, Benoît, Gautier, Philippe, Damien, Olivier,…) auraient adoré. Mais plus feu notre ami Didier Delafontaine (RTBF & historien), il est le 1er d’entre nous à avoir rejoint le Chemin éternel. Il était un vrai ami, j’ai une pensée pour lui chaque jour, il n’avait cesser de m’encourager pour entreprendre mon second Voyage. Carcasses de chars servant de cibles, villages préfabriqués pour simuler nettoyages, stands de lancers de grenades, tirs fusils, mitrailleuses & artillerie. Traces de chenilles récentes mais pas un chat, camp vide mais très entretenu, vraisemblablement un camp de location, ils sont nombreux. Une 30aine de chevreuils et multiples buses.
Arrivé au hameau de Sien-Hachenbach sur les rotules et estomac vide, je frappe à une porte pour demander de remplir ma bouteille d’eau. Une perruche baguée, gamine de 15ans, cheveux rouges fluo, tatouée et piercings au nez, lèvre & oreilles (le choc!) m’ouvre la porte, »Wasser, bitte? », et me la referme au nez aussitôt. Je refrappe. Le père, bouguon et grimaçant, tatoué aussi mais sans piercing, m’ouvre et m’indique du doigt et sans un mot la fontaine publique à 40m. Clac! …porte refermée! Ok! Pdt que je bois gloutonnement ce nectar tant désiré, réapparaît l’homme, clope au bec: « Qui? D’où? Vers où? » (typique). Il rentre chez lui, sans un mot. Je reste à la fontaine pour boire et récupérer. Sa fille me guette par la fenêtre, je la vois, écouteurs gsm et piercings se disputent ses oreilles. Je m’harnache et m’en vais. Au 1er pas, l’homme ressort de chez lui et m’appelle. Il me tend un sac en plastique avec 2 sandw fromage, 2 saucisses, 2 pommes et 1 mini bouteille de kirsch! C’est ça le Chemin, celui qui rassemble les hommes, par empathie. Merci Monsieur. 

Dodo mérité dans la forêt qui précède Löllbach, immense hêtraie depuis 2km. 5h30, la forêt dort encore, je prépare mon nescafé sur une souche et sursaute à une série d’aboiements qui brise le silence: un magnifique brocard à 20m en lisière.

Nouvelle crête pelée, nouveau point de vue idéal pour comparer carte et terrain. Mais je ne vois pas les villages & hameaux repris s/carte. Normal, ils sont tous enfouis au fond des trous, entre les collines.


En 2 jours, j’ai vu + de chevreuils (une 50aine) que de bipèdes.

Petit village de Meisenheim, baigné par le Glan, 1er bijou architectural depuis mon entrée en DE et qui a miraculeusement échappé au rasage des alliés, il est magnifique, dont son immense église. Églises: repère lointain du nomade, lieu d’architecture & d’histoire, et lieu de paix, dont j’ai effacé une 20aine de photos; ne sais plus quelle église appartient à quel village!


Contrairement à tous les jours & bivouacs depuis Londres où l’émerveillement avait primé sans jamais de destination du soir, ce soir je veux Worms + un repas chaud (exit biscuits, pain & fromage) + lessive urgente + douche chaude (exit ruisseau today) donc il faut avancer et sans traîner, d’autant que le tronçon Kircheim Bolanden – Worms n’aura eu aucun intérêt, encore moins sous ce plafond gris et pleuvineux.

21h30, enfin les lumières de Worms qui semblent apparaître comme un mirage, 14h que je marche mais je voulais y être. Un mollet commence à grimacer. « Auberge de jeunesse? » me propose le policier. « de Jeunesse… », rire!, suis tout fier et le remercie pour son compliment! A 55 ans, il ne me renseigne pas un home ou seigneurie. Dortoir de 8, suis avec 4 ado’s danois vissés sur leurs portables, qui visitent DE.

Je ferai le tour du centre-ville demain matin + OT avant d’enjamber une frontière majeure de notre continent: le Rhin !,celui que j’avais croisé un 12 oct 2013 en venant de Moscou, c’était à Ottmarsheim FR, il pleuvinait, comme aujourd’hui.

Second Voyage? Non, je me rends compte qu’il n’est qu’UN, qu’il est la continuité naturelle de mon étape à Compostelle. Sur la Plaza del Obradoiro où s’éteignait la dernière flèche jaune (dont les 1000ers de pèlerins cherchent encore la suivante, emmenés dans le rythme du Chemin), elle a réapparu naturellement à Londres. « Le Chemin ne s’arrête jamais » écrit A. de Saint-André. Ce long Chemin transeuropéen Mos-Comp-Lon-Ode, cette parenthèse de vie parallèle a pris son sens au moment où je me rendis compte qu’on a qu’une vie, si éphémère et si précieuse, et qu’il était temps d’aller se gaver, tel un gourmand et gourmet, de ce que le Grand Mystère nous a offert. Nature, ciel et terre, abnégation, effort et sueur, rencontres, histoire & cultures, âmes de la ruralité, surprises et découvertes en sont les ingrédients.

Le Dom St Pierre de Worms sonne le carillon de 5am, it’s time to go. Les 4 loustics DK dorment encore, avec leurs dernières évaporations de bière, ils sont rentrés tard.

Impression de quitter Worms en smoking, tant mes vêtements sentent bon le savon (terminé lessive vers minuit). Pas de flânerie touristique ce matin mais je choisis 2 incontournables avant d’enjamber le Rhin: l’incontournable Dom et le + ancien cimetière juif d’EU, dont la + ancienne tombe date de 1076! Aussi des photos en n&b de Worms en ´45, les alliés n’ont pas fait dans le détail. Le Hesse dans 2 jours, puis cette merveilleuse Bavière que je me réjouis de retrouver.

4 réflexions sur “Worms DE

  1. Cher Werner,, c’est impressionnant cet immense territoire militaire. Le 7 mai j’ai vu une petite partie de la répétition de la parade militaire avec chars et camions anti-missiles sur la place de l’Ermitage à St Petersbourg. Assez impressionnant. Et fières qu’étaient les femmes militaires avec leur pompons sur leur béret. Tu traverses de splendides paysages. et de très beaux villages. Bonne route

    J'aime

  2. Salut Werner,

    Si je te suis bien, tu seras dans 4 à 5 jours à Nurenberg … croisement avec MOSACO … croisement avec le temps, le 26 septembre 2013 … Il y aura bien un endroit ou tes deux chemins se couperont … Tu dois marquer l’endroit en plantant un arbre 😉

    Merci pour tes textes toujours aussi truculents … un vrai régal .

    Amitiés,

    Cédric.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s