Walldürn DE

Cette sortie de Worms est idem que celle de Bialystok PL 2013. Pluie, voie piétonne/vélo le long de la chaussée rapide sur 22km jusque Heppenheim DE, avt-hier 10aines de chevreuils, today 100aines de camions rugissants & abrutissants, aucun panorama, seuls les kms comptent. Seuls compagnons de route qui marchent avec moi en ce temps humide, limaces et escargots, le juste trio sur la carte d’EU. 
Jamais je n’écoute de la musique en marchant, jamais. Stupide & inutile, cela ôterait 50% du Chemin. Mais sur ce tronçon long & rectiligne sur la piste cyclable, pesant & gris, pour me stimuler, j’écoute mes marches et chœurs militaires russes, ils me donnent naturellement une cadence et un entrain bienvenus. Aussi mon chanteur russe préféré Vladimir Vissotsky (feu mari de M Vlady) et sa fameuse « Chasse aux loups » (loups=nazis), une voix grave qui fait frissonner.

Sur le marché de Lorsch, 3 emplettes rapides: un pinceau crayon dont je casse le manche, en guise de blaireau (oublié à ruisseau), un mini maillot « confetti » pour ne plus concurrencer Adam dans ruisseaux, et ravitaillement pour le soir.

Depuis qqs mois, qd je descendais dans la cave (outils + mat rando) de notre maison (qu’Isabel appelle mon bureau 😀), je croisais mon sac-à-dos. Depuis retour de Compostelle, il n’a pas bougé, tout y est resté au complet, lavé et méthodiquement organisé. Mêmes vêtements et matériel restaient en stand by. Ns ns toisions à chaque fois, avec l’interpellation mutuelle silencieuse: « c’est pour quand? » ou « t’es prêt? ». L’Appel du Chemin est réapparu, ardent, incompressible. Il n’a fallu que le basculer sur mes épaules, et poursuivre le Voyage. 2 seules exceptions: nouvelles bottines, & petit butagaz de 7cm3, gamelle incluse, gracieusement prêtés par Eric.



2 courtes larmes ce soir, de fatigue et de joie. De fatigue de ces 17 jours à une moyenne de 38 km/j (8/j de + que prévu) sans me presser pour autant, la météo le permettait, et tant mieux, ça me permet de prévenir d’éventuelles pertes de tps futures (incidents, météo exécrable, reliefs + difficiles) ou profiter de situations sans stress de timing, et enfin la joie de poursuivre cette expérience unique 99% nature qui rencontre pleinement mon souhait de Voyage.


Heppenheim, moche, très moche, … jusqu’au centre historique, joyau de romantisme avec anciennes maisons à colombages, qui n’est pas au centre mais à l’extrême E de la ville, aux pieds des premières collines qui m’attendent à nouveau. Collines noyées dans le brouillard.


Les sentiers bien balisés deviennent nombreux. Fahrenbach, Steinbach, Hammelbach, Erbach, Watterbach, …ach, …ach, …ach, prononcer « ââârrr » en ouvrant fort la bouche ! Re-chevreuils en pagaille (+ 1 orvet), impression qu’ils me font une haie d’honneur. Je me fiche de ce temps pourri tant les décors de cet Odenwald qui m’accueillent sont magiques. En 6 jours, j’aurai mis successivement les pieds dans 4 Landers: Rhénanie Pal. – Hesse – Baden Würt. & bientôt Bavière. Croisé personne, vu personne depuis avoir quitté bivouac ce matin, je grignote mes « rosinenschneke » et puise de l’eau limpide dans la Gönzbach que je longe. Qqs arrêts pour contempler et tenter de mémoriser. De quoi rêver d’autre? Dans ces profondes forêts, des heures de marche sans croiser quiconque, mais régulièrement, isolées, des cabanes/abris avec bancs pour randonneurs. Seul l’aspirateur n’y est pas passé tant elles sont soignées. Ici en DE on ne dégrade pas, on respecte, comme en CZ plus tard, je le sais.


Et ces 10aines de miradors en lisières, des « pourvoiries » disent les Québécois, « pour voir », pas pour tuer ou blesser, seulement pour se gaver les yeux. Les plantes de pieds jubilent, après le long asphalte jusque Eppenheim, ces chemins de terre humides sont des matelas pour les pieds. 


La nuit fut très fraîche, en témoigne la rosée abondante. Il est 6:30am, je marche depuis 1h et déjà 6 chevreuils. A qd le 1er cerf? Entre les cimes des mélèzes, je distingue le soleil qui, lentement mais sûrement, déchire la brume. Il fera beau aujourd’hui! Durant cette parenthèse de qqs mois, le hamster citadin que j’étais, tournant invariablement dans sa roue, est déjà loin, très loin, le rideau est tiré.

Silence total, assis sur une souche d’arbre, je lis ma carte. Froissement de branches, grognements. Ils sont 2, le groin face à moi à 20m et me fixent sans bouger. La main derrière le dos, je dégaine lentement mon app. de photos et l’allume, le porte lentement à mes yeux et « clic », immortalisés! Au « clic », les 2 sangliers déguerpissent tel Usain Bolt. Quelle joie, c’est si rare, de jour, si près et arrêtés qqs secondes. Quelle chance.



Walldürn est en vue, j’entends une voix qui couvre le grand village. Ce sont les hts-parleurs de la basilique St Georges qui diffusent le sermon du prêtre. Tout le village est endimanché, c’est (je l’apprends qqs min + tard) le Fronleichnam, fête catholique dans le S de DE, où 1x/an l’ostie est présentée dehors lors de la procession à tous les fidèles. Toutes les portes des maisons et magasins sont garnies d’un autel avec Ste Vierge et fleurs. S’en suit la procession suivie de 4 à 500 pers venus des environs, c’est superbe. Ma dégaine de nomade et mon écusson de St Jacques (coquille jaune s/fond bleu) ne laisse pas indifférent, multiples questions « qui? d’où? vers où? », les DE ont tjrs été très affables à mon égard, dont le jeune Capitaine Lupert (pic), pour finalement être invité pour une collation par un couple d’ex-composteliens (pic) sur la place de cette belle Walldürn. 



Today, je n’aurai donc marché que +\- 25km, fainéant! Mais ce fut une journée exceptionnelle, des panoramas époustouflants, chevreuils, sangliers, Walldürn en fête, des conversations, de nouveaux émerveillements. Là sont la magnificence et la magie du Chemin, aller de surprises en découvertes, sans savoir ce que demain apportera. Si, demain, je le sais, il pleuvra, à seaux me prévient-on à l’unanimité.

Direction Lauda, Uffenheim, Neustadt, puis contourner Nürnberg par le N.

Le rêve continue. Merci les pieds.

4 réflexions sur “Walldürn DE

  1. Cher Werner, que de belles rencontres dans les forêts: l’ami des animaux. Tu connais peut-être leur language. Magnifiques rencontres lors de la procession. Tu nous fais vivre de merveilleux moments. Bonne route

    J'aime

  2. comme j’aimerais faire la même chose que toi !!! mon bagage est prêt, mon âne aussi, mais mes foutus genoux ne veulent plus me porter !!!! sapristi ! j’attends deux nouvelles prothèses et puis, c’est parti !! J’ai fait Le Roeulx vers Vezelay, à pied, en attelage, et avec mon âne, maintenant j’attends des nouveaux genoux pour terminer mon voyage vers Compostelle, en bivouac presque tout le temps…
    Bonne route et merci de partager ton voyage !!!
    Colette de Vinck

    J'aime

  3. Salut valeureux marcheur. Merci te donner le mal d’écrire et prendre des photos. Ca nous permet de vivre un tout petit peu cette aventure exceptionnelle. très impressionné par ta nuit sous le déluge. le destin de chacun est écrit. Ce n’était pas ton heure. Ouf! Bonne route et continue à nous inonder de cette traversée du paradis.
    Olivier

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s