Fürth im Wald DE

Avt tt entrée de village, je me « réajuste » un peu pour être présentable, question de respect vàv de l’autre et de dignité vàv de soi. J’ôte chaussettes ou t-shirt ou tente qui pendent à s-à-dos pour sécher, je me rase 1j/2,… Un look de nomade un peu boy-scout, ok, un look de vagabond, jamais.


Lauf, Hersbruck que je laisse en contrebas de cette longue vallée. L’environnement, forêt sur mon flanc g. et longue vallée verte sur ma d., est répétitif mais jamais routinier ni ennuyeux. Parfois, pour m’occuper, je prends des notes sur mon smartphone tout en marchant, quitte à m’écraser dans le fossé du chemin (2x!), un homme est incapable de faire 2 choses en même tps.


Demain a.m., la très romantique Amberg. Mais avant, gde émotion très perso, c’est s/ un de ces sentiers de cet ap-midi que je croiserai mon chemin Moscou-Compostelle. Où exactement, je ne sais plus, mais ce qui est certain c’est qu’à un endroit précis, au mm près, mon pas va se poser sur le même d’il y a 3 ans, tt un symbole, telle la confirmation répétée de la juste démarche.

Même sous ciel gris et pluvieux, Amberg reste un charme d’architecture. Personne ne me donne accès à un réseau wifi, c’est souvent le casse-tête en DE. Un passage à la boutique « Alles für 1€ » où tout nomade trouve tout son bonheur, bon marché, léger & compact, pour y racheter 1 savon, 1 sachet sucre, 1 soupe en poudre et 1 nouveau caleçon, total 4€. Un coucou à l’OT (no wireless available) et direction Schwarzenfeld, à 4h d’ici, puis le Oberpfälzer Seenland & ses grands lacs, a must see dit-on. Avant d’abandonner Amberg, à un facteur: « Wetter heute? », « Regen! »


Au bas du surplomb du relief s’étale Schwartzenfeld d’aucun intérêt malgré ses 4 églises et son Schloss très/trop rénové converti en hôtel. Direction les lacs au S-E. Hameau de Asbach, 17h, le vent se lève, le ciel se noircit et ouvre ses vannes au max. Sur carte, encore une 10aine de kms à découvert entre les lacs pour rejoindre Hofenstetten, y vais maintenant ou j’attends? Une petite chapelle isolée de 4m2 pour m’abriter mais fermée. Attendre c’est reculer, faut y aller. Se découvre alors, malgré la pluie qui ne cesse, une succession de tableaux magiques: multitude d’étangs et lacs, abreuvés par le Naab et entrecoupés de langues boisées. Un ballet de hérons, grues, oies sauvages, cygnes blancs, col-verts et crapauds qui croassent entre les joncs. J’oublie un peu la pluie tant cet environnement est magnifique et tranche avec tous mes chemins et paysages en amont.


Au milieu des lacs de cette immense réserve, je recroise un chemin balisé de Compostelle, le 3ème chemin parallèle sur – de 40km, bizarre. Des raisons économiques font de + en + souvent naître de prétendus ch. de Comp. là où l’histoire n’a pas souvenance…

Éviter la tente ce soir si possible et trouver abri sec même si inconfortable. Rien, ni mirador ni cabane en cette réserve naturelle isolée, et il pleut sans discontinuer. Je dois recouper la réserve des lacs en son milieu vers le N-E pour les relonger sur l’autre flanc dir. Hofenstetten. Temps de chien! Il est des situations que parfois seuls les contes révèlent, mais pas ce soir car le Chemin réserve souvent ses surprises aux lieux & moments les + inattendus. Je longe le + gd lac, à perte de vue, le Murner See, (ils ont chacun un nom) par son côté N-O et, levant le bec dégoulinant sous cette flotte qui tombe, j’aperçois le toit d’un haut-site. Je m’y hâte, p-ê ma chance, et oui…, 16m de haut et 2 étages supérieurs de 7x7m! Un immense mirador en gros bois massif en plein centre de la réserve pour passionnés de nature. Du sommet, la vue à 360* est féerique malgré l’orage qui gronde. Je suis au sec, je domine du regard toute la réserve et tous ses lacs, j’ai eau & pain, j’ai le temps, je peux me gaver les yeux et la mémoire de cet environnement féerique, et profiter de cette situation aussi magique qu’inattendue. Mieux protégé du vent, j’opte pour l’étage inférieur pour y installer ma chambre. Les + beaux lodges kenyans jalouseraient ce point-de-vue. Il pleut & je m’en fout tant c’est magnifique. Je ne risque aucune visite ce soir dans mon palace car il est déjà 20h et il fait un temps de Toussaint. A ce lieu de nuit, je lui attribue déjà un 11/10. Dans tel environnement, je regrette svt de ne pas avoir un app pho + performant, mais trop lourd, encombrant et fragile.


5am, brouillard épais sur la réserve. Seul au sommet de ma tour de contrôle pour un dernier regard circulaire, la vue se réduit à 30m.Need to come back one day, with sun. Ce fut magique.

Sillonnant entre lacs vers S-E, un chevreuil zigzague devant moi dans la langue boisée ne sachant comment me fuir, à g: lac, à d:lac, fascinant! Et ces 10aines de lapins qui courent dans tous les sens jouant à « attrape-moi ». Magic!

Neunburg, 10min pour avaler un sandwich puis aller chercher le dernier grand lac, le Eixendorfer See, impressionnant, que je longe par son flanc S, un wanderweg bucolique de 7km en bord d’eau avec de furtifs rayons de soleil. 


Chaque remous de relief de cette fin de parcours DE ne cesse de me réserver des cadeaux exponentiels. Quelques kg perdus mais quels privilège et chance j’ai de faire ce que je fais, ce Chemin est un cadeau. Du temps & kms gagnés grâce à nouvelles cartes 1/50 & 1/35 glanées dans OT’s & Rathaus’s, qui me permettent nombreux raccourcis bienvenus & encore + champêtres, le tracé initial repose sur 1/200.


Un aliment me manque cruellement depuis mon départ: les fruits. De Moscou à Compostelle, ils m’avaient nourri tout l’automne, je les ramassais, cueillais, chapardais, pommes, poires, myrtilles, prunes, mûres, raisins, et tomates. Le nomade voyage dans les saisons, avec ce que celles-ci lui donnent, et ce printemps ignore encore le fruit de l’année. Le citadin sédentaire a oublié les saisons, il mange des fraises en janvier et des moules en juillet. Mais chaque saison a son bénéfice et dont je tire profit aujourd’hui: le temps de lumière/jour au + long.
DE veut me rappeler qu’il y a encore qqs petits obstacles avant de mettre le pied en Bohème. Accéder à Fürth via Geigan en allant chercher les chemins les + courts par les collines. Sur les 2 mamelons successifs, un point de vue panoramique que l’épais brouillard et bruine m’empêcheront d’admirer. Un petit cadeau que j’attendais: ma 1ère cigogne au sommet d’une haute cheminée désaffectée à Gleissenberg. 


Je parviens à m’accommoder de cette pluie, pour marcher & bivouaquer, mais l’amertume est de ne pas pouvoir profiter des espaces et paysages traversés. Il n’y a que la foudre, quasi quotidienne, que je crains (cfr Heroldsfeld), prudence.


Je quitte cependant avec nostalgie cette belle DE du S, ses rivières bucoliques, ses collines boisées, ses forêts de feuillus et résineux avec ses innombrables chevreuils, ses multitudes de GR’s méticuleusement balisés, ses « forêts » d’éoliennes aussi, pas belles mais pour un avenir + propre. DE a décidé d’en finir avec nucléaire dans 20 ans, bombes à retardement et dont on ignore encore l’avenir de ses déchets enterrés sous sarcophage. Choix responsable. Santé et écologie n’ont pas de prix économique & financier pour nos enfants. La nature n’a cure de l’homme, mais l’homme en a un besoin vital, protégeons-la en trouvant de meilleures solutions. À ce sujet, lire Guibert del Marmol « Sans plus attendre! », a must read.

Innombrables Christs et Vierges Marie m’auront fait une haie d’honneur tout au long de ces wanderweg’s, dans des lieux forestiers souvent insolites; même si nous nous côtoyons peu dans mon quotidien, ils m’ont apporté sérénité dans cette transhumance en DE. Je remercie tous ceux que j’ai rencontré, trop souvent furtivement, pour l’accueil qu’ils m’ont réservé dans nos échanges. Quel beau pays, quel exemple d’organisation, et en particulier pour le wanderer épris de nature et d’espace. J’ai croisé des gens rigoureux, organisés, fiers de qu’ils entreprennent et qui bossent (chômage au + bas depuis réunification RFA/RDA 1990). Ici au -, le sieur Goblet n’a ni prise ni écho.



Dans qqs kms, j’entre dans la pièce d’à côté, la Bohème, en brasse ou en crawl, j’hésite. 1/3 de mon périple est déjà derrière moi. Auf Wiedersehen Deutschland, und Vielen Dank für alles.


Le tracé Londres-Odessa le + court (cfr google map / by foot) impliquait de reprendre la Grande Plaine d’Europe via PL que j’avais déjà parcouru d’E en O. En tirant une douce courbe vers le S, +500km, cela me donnait la chance de mettre le pied dans 12 pays, dont plusieurs dont je ne connais ni la ruralité ni la culture tels que SK, HU, RO & ses Carpates et MD. Trop riches & trop tentants. 

Pour croiser notre continent du N-O su S-E, le but 1er fut de rejoindre Yalta, historique et symbolique. RU me donna son visa immédiatement, mais UA m’informa (de manière virulente) qu’elle ne me laisserait pas entrer en Crimée, territoire « occupé par l’envahisseur (sic) ». Après démarches, possible cependant mais administrativement trop compliqué et risqué, ai donc abdiqué et choisi Odessa, + en amont, fenêtre de la Mer Noire, haut lieu d’histoire et de romantisme des XIXè & début XXè S.

Direction Chudenin CZ, via le petit point de passage frontalier de Hofberg DE, puis S-E vers České Budějovice SK, dans +\- 5j. L’exotisme rural va s’intensifier au fil des semaines à venir et je m’en réjouis. Le rêve continue, malgré ce temps automnal qui persiste. 


5 réflexions sur “Fürth im Wald DE

  1. Magnifique Allemagne et si bien décrite! Je suis sûre que peu de tes lecteurs l’imaginaient comme ça. Merci, ça fait vraiment plaisir.
    Mais quelle dommage cette météo…
    Tu as raison: il faudra y revenir avec le soleil ;0)
    Gute Reise!!

    J'aime

  2. Quel plaisir de te lire au fil de tes pas….déjà beaucoup de km parcourus avec une météo capricieuse et toujours la même « pêche » d’avancer !! Bravo Werner ! Je sui un peu gêné de t’écrire ces quelques lignes, confortablement assis dans mon fauteuil … Mais le chemin, ton chemin est tellement merveilleux que j’en serait presque jaloux. Continue cette route magnifique comme tu l’as commencée . J’ai hâte de lire la suite de ton voyage. À très bientôt .
    Daniel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s